Bonjour à tous, pour cette nouvelle interview je vais laisser la parole à Florence AT, auteur du livre « Photographier la nuit » que j’ai testé avec plaisir ici. Je vous laisse découvrir cette auteur, formatrice et photographe.

Bonjour Florence, pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs ?

Je suis photographe de reportage depuis 1998. J’ai débuté par la photo de sport au sein de l’agence Vandystadt à Paris. Aujourd’hui, je fais de la presse, de l’illustration, de l’architecture, du sport, de l’évènementiel, mais aussi des projets artistiques plus personnels.

Par ailleurs, j’enseigne la photographie à Toulouse au sein de mon entreprise coursdephoto.net que j’ai créée en 2008 pour répondre aux besoins des amateurs et des clubs photo.

Enfin, comme vous l’avez précisé, je suis auteur de livres techniques de photographie.

Florence AT
Copyright Txomin Recordier

Vous avez toujours eu envie de devenir photographe ?

A cinq ans, quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais « être dans la tv » ! En fait, je voulais faire de l’image d’une façon générale. Mais j’ai vraiment eu envie de devenir photographe en découvrant le club photo de mon lycée à Rodez.

Vous avez écrit combien de livre photo ?

J’ai écrit deux ouvrages parus aux éditions Pearson : « la photo avec un compact » sorti en juin 2011 et « photographier la nuit » paru en juillet 2012.

Y-a-t’il de nouveaux projet pour vous cette année ?

Au niveau des parutions, il y a deux nouveaux ouvrages en préparation qui devraient paraître dans le courant de l’année, toujours aux éditions Pearson.

J’ai par ailleurs été nommée responsable pédagogique d’un projet de grande ampleur mis en œuvre par le célèbre photographe Reza. Celui-ci a pour but d’initier à la photographie des jeunes des quartiers défavorisés de la Reynerie à Toulouse, et de réaliser une grande exposition avec leurs travaux.

Au niveau photographique, j’expose dans quelques semaines à la prison de Toulouse (Seysses) avec deux autres photographes dont Clément Poitrenaud, joueur de rugby au Stade Toulousain et également très amateur de photographie. Cette exposition sera ensuite itinérante dans plusieurs prisons et nous espérons pouvoir la présenter au grand public dans le courant de l’année.

Quel est votre domaine photo favori ?

J’aime la photographie au sens large du terme. Tout m’intéresse, et tout est photographiable ! Mon domaine photo favori du moment est la photographie sociale.

Florence AT
Baie de San Francisco, vue du Oakland Bridge, en avril 2012 – Copyright Florence AT

Quel est votre matériel photo actuel ?

Pour mes reportages, j’ai deux appareils photo Canon : 1d X et 1d Mark 3. Au niveau des optiques, j’utilise principalement un 16-35 mm 2,8, un 70-200mm 2,8 et un 50mm 1,8. Côté flash, un 550 EX II. Mon trépied est un Vanguard, équipé d’une rotule GH-100 très efficace ! J’aime beaucoup aussi mon petit Fuji X100 que j’utilise pour les soirées entre amis.

Avec des moyens illimités, vous prendriez quoi comme matériel ?

J’ai déjà un très bon équipement et je ne crois pas que l’on doive faire la « course à l’armement », ce qui compte c’est surtout le regard que l’on porte sur les situations de prise de vue. Cependant, j’adore changer mes objectifs, alors je complèterais mes optiques série L Canon.

Un petit conseil photo pour mes lecteurs ?

Soyez attentifs et prêts à déclencher, car même avec un smartphone, on peut faire une bonne image !

Merci à Florence AT de s’être pliée à l’exercice difficile de l’interview. Vous pouvez la retrouver sur son site officiel www.florenceat.fr ainsi que sur son site de cours de photo www.coursdephoto.net

P.S. : il va bientôt y avoir un concours pour gagner son livre « Photographier la nuit », alors restez connectés.

3 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cette interview très intéressante !

    Je suis entièrement d’accord avec elle : je ne crois pas que l’on doive faire la « course à l’armement »

    Le matériel photo doit être utile et utilisé, aucun intérêt d’acheter les derniers produits si on n’a pas vraiment besoin de toutes les fonctionnalités proposées

    • Je suis assez d’accord avec ce point de vue. Je suis resté 4 ans avec un boîtier numérique entrée de gamme jusqu’au moment où je me sentais un peu à l’étroit.
      Il faut savoir toucher les limites de son matériel avant d’en changer.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here